Posted on

Lindaboie… Le Blanc du Dimanche : Le Clos du Château de la Maltroye Chassagne-Montrachet 1er Cru Blanc 2009


En préparant cette annonce pour que vous ne passiez pas à côté des 12 dernières bouteilles du Chassagne-Montrachet Blanc Premier Cru Clos du Château Monopole 2009 du Château de la Maltroye (à « seulement » 49 € la bouteille), je me suis égarée dans les sujets divers sur les vins de Bourgogne pour finir sur une perle signée par la direction de la communication et de la presse du Ministère des Affaires Etrangères. Celle-ci, donc, regrette le manque de lisibilité des étiquettes bourguignonnes, bien trop compliquées par rapport aux vins étrangers, ultras clairs eux, grâce à leur approche par cépage. En voilà une direction des affaires qui a tout compris !
Et pourquoi ne pas conseiller Aubert de Villaine de mettre seulement « vin issu de pinot noir » sur ses étiquettes ? Alors qu’il aura cherché toute sa vie, comme la majorité des vignerons bourguignons, à obtenir des vins issus d’un sol unique, en l’occurrence, la Romanée-Conti, les Echezeaux, les Grands Echezeaux, le Richebourg ? … Imaginez qu’un type du Ministère de la Culture aille voir John Galliano pour lui parler de ses pantalons incompréhensibles à mettre alors que « Merde John, regardez chez Celio, un pantalon est un pantalon, deux trous où on enfile les deux jambes et hop on ferme la braguette et voilà, c’est enfilé ! P… c’est quand même pas difficile, faites un effort !  On va pa s’en sortir sinon.». Mais passons !

Nous sommes en présence d’un vin blanc du Clos du Monopole de Chassagne-Montrachet classé en premier cru du Château de la Maltroye. Un vin de 2009. Un vin qui commence donc, après ce délai  syndical minimum de 5 ans pour un blanc de cette trempe, à raconter l’histoire de son lieu, ce clos de 2,8 ha, propriété en Monopole du Château de la Maltroye, avec ses terres argileuses sur la roche calcaire. Et donc, me direz vous ? Et donc, pour ultra simplifier, argile égale vin puissant, roche calcaire, vin fin et dynamique. Ajoutez la patte du vigneron, Jean-Pierre Cournut, qui aime les blancs denses et élancés, l’année 2009, ensoleillée…Vous avez dans votre verre un vin ample, solaire, structuré, aux arômes ultra ouverts de fruits exotiques, d’agrumes, une bouche envahissante et énergique. Plaisir garanti !!

De rien,
Votre dévouée, Lindaboie

PS : il reste très peu de sa Romanée, mais il en reste..Magnifique parcelle dans les hauteurs de Chassagne. Terroir haut en personnalité. Les vins qui en sont issus sont racés. Lindaboie vous propose encore son 2008. Très grand vin.


Tous les vins sur Lindaboie