Domaine Matrot Meursault-Charmes 1er Cru 2015

68,00 TTC

A emmurer dans votre cave.

Plus que 6 en stock

Points Fidélité : 68 A chacune de vos commandes, Lindaboie crédite votre compte d'un nombre de points correspondant au montant de vos achats. A tout moment, lors d’une prochaine commande, vous pourrez transformer ce crédit en Bon d’achat fidélité et bénéficier ainsi d’une réduction jusqu'à 5% à partir de 100 € d'achat sur votre commande. Vos bons d’achat fidélité ont une durée de validité de 6 mois.

L'avis de Linda

Ce Meursault-Charmes séduit immédiatement par son fruit enjôleur, son gras et sa puissance caractéristiques. Mais il possède ce supplément de finesse et de complexité qui signe les très grands vins. Tension, vibration minérale qui sublime le fruit, persistance déjà immense : tout est là pour les 15 prochaines années !

Pour beaucoup d’amateurs, Les Charmes forment le climat le plus caractéristique de Meursault, tant le côté glycériné, huileux, opulent caractérise ces vins. Ce célèbre terroir de Premier Cru, d’environ 30 hectares, bénéficie d’un sol limoneux, reposant sur de nombreuses plaquettes de roches calcaires. Il donne de grands vins séveux, aux puissants arômes de beurre frais, de fruits secs, de poires caramélisées tellement identifiables.

Néanmoins, comme souvent dans les grands terroirs de la Côte de Beaune, d’une parcelle à l’autre, d’un vigneron à l’autre, les nuances peuvent être nombreuses.

Le Meursault-Charmes du Domaine Matrot diffère un peu du plus pur style Charmes grâce à ce supplément de finesse et de complexité qui signe les très grands vins. Pas si étonnant quand on sait que les vignes d’une quarantaine d’années sont majoritairement situées dans la partie haute du Cru, du côté du climat des Charmes du Dessus, non loin des Perrières : ici le sol plus pierreux donne au vin un supplément d’énergie minérale.

Bien sûr, particulièrement sur ce millésime solaire, le vin séduit d’abord par sa profondeur, son gras et son fruit enjôleur : les notes de poire et de pêche, de noisette et de beurre frais nous régalent. Mais au nez comme en bouche, on perçoit une tension citronnée, une vibration qui sublime le fruit et porte en elle la minéralité de ce grand terroir. La persistance, sur une note délicatement épicée, et la droiture de ce vin sont déjà exemplaires.

Nous vous invitons cependant à ne pas le boire trop vite : le potentiel d’évolution est évident, plus vous attendrez, plus l’équilibre entre puissance et finesse vous ravira, pour accompagner quelques grands plats comme un turbot au beurre blanc, une fricassée de ris de veau aux morilles ou une poularde demi-deuil…

 

En partenariat avec www.laroutedesblancs.com