A. et P. de Villaine Bouzeron 2014

21,00 TTC

Magistral. En Biodynamie. La totale !

Rupture de stock

L'avis de Linda

Une sélection de la Route des Blancs

Quand le cépage aligoté devient appellation Bouzeron et qu’il est vinifié sous les auspices du propriétaire de la Romanée-Conti, cela donne le Bouzeron de A. et P. de Villaine. Un vin fin, d’une grande qualité de fraîcheur et de fruit, génialement apéritif dans sa première année et subtilement gastronomique avec 3 ou 4 ans en bouteille.

Le cépage aligoté est le roi de Bouzeron, un roi choyé, aimé et vénéré, maître absolu des beaux coteaux du village. Ce retour à l’état de grâce est récent à l’échelle d’un vignoble, l’aligoté ayant traversé de longues années d’obscurantisme viticole, méprisé, relégué en bas de coteaux dans les vignes et en kir dans les verres.

C’est le Domaine A. et P. de Villaine qui, avec le Domaine Paul et Marie Jacqueson, rectifia cette errance historique en redonnant à l’aligoté sa juste et pleine valeur, celle qu’il avait avant la crise du phylloxéra, quand il était considéré  et traité à l’égal du chardonnay et du pinot noir. Il a fallu un long travail de sélection de la matière végétale, avec des aligotés dorés choisis uniquement sur la commune de Bouzeron, à partir des plus belles vieilles vignes,  suivi d’une redéfinition des micro-terroirs sur les beaux coteaux, certains très escarpés, avec les sols pauvres et variés propices au grands vins. Enfin, on a étudié la vinification la plus adaptée pour ce cépage aromatique, immédiatement plaisant, afin de lui donner une plénitude et une allonge en bouche digne des meilleurs vins.  Ce fantastique travail de réahabilitation de l’aligoté sur la Côte Chalonnaise fut récompensé  en 1997 par l’obtention de l’appellation Bouzeron, la seule en France issue à  100 %  du cépage aligoté.

Au Domaine de Villaine, le Bouzeron est cultivé en bio-dynamie puis vinifié et élevé en foudre, le contenant qui préserve à la fois la  fraîcheur et la rondeur naturelle du cépage. Sur ce très beau millésime 2014, aux francs arômes d’agrumes, la tension et la sensation de pureté en bouche sont tout simplement exemplaires. Il s’apprécie dans sa jeunesse sur des coquillages, un chèvre frais ou, bien sûr, en apéritif. Avec l’âge, il gagnera en ampleur et en gras, tout en conservant sa belle droiture.

Voici incontestablement le Bouzeron de référence!